La situation économique et financière des PME en amélioration.

 

L’analyse de l‘Observatoire du financement des entreprises (rapport de décembre 2019) et le rapport de la Banque de France publiée en janvier-février 2020 donne des informations encourageantes sur la situation des PME en France.

 

Morceaux choisis.

 

situation économique PME en France - dossier Banque de France

 

Amélioration de la situation économique et financière des PME en France depuis 2010

L’analyse de la Banque de France publiée en janvier-février 2020 donne des informations encourageants sur la situation des PME en France.

  • Par rapport au milieu des années 2010, la situation économique et financière des PME‐TPE s’est améliorée. La plupart des différents ratios comptables permettant d’apprécier la santé des entreprises se sont améliorés de façon significative.
  • Les capitaux propres des PME se sont renforcés, de façon plus marquée ces dernières années par rapport au début de la décennie.
  • L’effort d’investissement des PME demeure, sur la décennie, en‐deçà de ce qu’il était avant‐crise, restant donc assez peu dynamique.Toutefois et, en partie, en lien avec le manque de dynamisme de l’investissement, l’autofinancement de ces investissements a progressé de façon sensible.

 

La diversification des sources de financement des PME

Si le crédit bancaire demeure prédominant pour les PME, cela ne doit pas masquer la diversification des sources de financement apparue après la crise et favorisée par le législateur.

  • Le crédit bancaire lui‐même s’est diversifié et il peut prendre des formes différentes, notamment pour les crédits à court terme dont l’offre s’appuie sur différents produits. Par exemple, l’affacturage s’est nettement développé, avec un effort particulier pour toucher davantage de TPE.

 

  • Pour les crédits à moyen terme, la gestion du risque s’est un peu modifiée, avec davantage de cofinancements entre banques pour partager le risque ainsi qu’un recours accru aux contre‐garanties des prêts bancaires proposées, notamment, par Bpifrance. L’action de la banque publique s’est, d’une façon générale, sensiblement développée dans les années 2010, notamment, en direction des PME‐TPE.

 

  • La structuration de la filière de l’économie sociale et solidaire (loi ESS de 2014) a également marqué l’écosystème du financement des entreprises et orienté l’action des financeurs concernés, traditionnels ou plus spécialisés. La loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe, 2015), marquante sur la période, concentre les leviers d’action publics des territoires, en accompagnement et en financement des entreprises, au niveau des régions.

 

Les défis des PME à venir

Trois points doivent attirer l’attention :

La question des délais de paiement,  élément important pour lequel il apparaît indispensable que les pouvoirs publics poursuivent leurs actions pour améliorer la situation des entreprises, en particulier, des PME et  TPE.

• Le renforcement des compétences financières des dirigeants de petites entreprises, lorsque ces compétences sont insuffisantes. (…) Ce manque de compétence peut gêner le bon pilotage de l’entreprise, en particulier, lorsque des difficultés surviennent ou lorsque des choix de financement doivent être faits pour favoriser le développement de l’entreprise. Il est également gênant dans la relation avec les financeurs.

Les défis stratégiques majeurs auxquels sont confrontés les dirigeants de PME‐TPE. Les solutions de financement se sont diversifiées, ce qui doit conduire le chef d’entreprise à monter en compétence pour tirer le meilleur parti de son nouvel environnement de financement. Se pose la question du bon équilibre entre auto‐ financement, dette et fonds propres. Le chef d’entreprise doit disposer des bonnes clés de compréhension et d’un accès facilité aux informations et formations pertinentes, s’il veut favoriser la réussite de son entreprise.